concerts

Lonepsi

Réserver
Lonepsi (2018)
On ne sait pas bien si Lonepsi parle, s’il rappe, s’il chante ou si l’un est une déformation de l’autre, mais c’est ainsi que l’on voyage tout au long de cet EP qui semble une balade nocturne, qui préfère les nuits blanches et les mots crus aux rêves foireux et sans saveur. Une tour, un banc, la lune : voilà pour le décor.

Et pour cause : pendant longtemps, le rap a été pour Lonepsi un pur amusement, un vivifiant jeu de rimes et de vannes qui se joue entre potes, en battle ou dans la rue. Pendant longtemps, aussi, il a écrit dans son coin, noirci des pages et des pages sans calcul, pour la seule beauté du geste, et sans que cette activité ne vienne troubler son rap – et vice-versa. C’est de la rencontre de ces deux passions qu’est né un rap à texte finalement pointu, exigeant, lourd de sens, libérant en cascade des charges émotionnelles extrêmes.

Propice à la rêverie, ce premier album plein de souffle propulse entre les baffles une poésie stylée, une poignée de rêves secrets qui s’inscrivent en filigrane sur la portée ; rêves d’amour, rêve de grandeur ou rêves de fuite. Chez Lonepsi, il y a un texte et un sous-texte, qui occupent avec brio tous les recoins de cet espace nébuleux pour faire de ce premier tir un coup de maître, un sac de mots à décoder soi-même en marchant le long de la voie ferrée, une pépite qu’on garde au fond de la poche
en souriant.

Publié le 18/01/2018


Mots clés :