0f7cf361d635b24951999583fd956788e7761f0b
D0842a45d872d5336bf6b0dd49d539b9e0a808e9
1112945c092579a690196dedbac0bba6a573728e
E1735dd5a1813a58174d79097a6a7f296e621e60
Fermer
concerts

Deluxe, prestation scénique de qualité supérieure.

4c437468d88d87abefe57ee5cd9393980469ea0b
Réputés pour être des bêtes de scène -et pour cause, le live est leur ADN- les six membres de Deluxe seront de passage pour un concert très attendu à la Médoquine. On a discuté tournée et bacchantes avec Pépé, saxophoniste et digne représentant de ses acolytes, cinq moustachus groovy et la chanteuse Liliboy.

 

Sortir Nouvelle Aquitaine : Le style musical Deluxe en quelques mots, c'est quoi ?

 

Pépé : C'est un mélange des différents styles que l'on écoute dans le groupe. C'est une musique à notre image à nous six, un melting pot de hip hop, de jazz, d'électro et de pop rock. On s'inspire de tout ça et à partir de là on fait notre propre sauce.

 

 

 

C'est aussi une musique taillée pour la scène, car vous faites beaucoup de live...

 

C'est vrai que notre créneau est davantage la scène que l'album. C'est ce qui nous fait vraiment vibrer, le rapport avec les gens, partager quelque chose avec notre public.

 

 

 

Vous avez d'ailleurs commencé à jouer dans la rue, dans un rapport frontal avec votre public...

 

Oui, c'est comme cela que tout a commencé. Pendant cinq ou six ans, on jouait dehors, dans la rue (à Aix en Provence, ndlr), été comme hiver, même par moins six degrés. C'est dire si on était chauds (rires). Ça a été fondateur, cela nous a permis de comprendre la relation avec le public, de trouver des manières de jouer mais aussi de communiquer, des manières scéniques qui fassent s'arrêter les gens. Quand on joue dans la rue pour des gens qui passent, il faut trouver comment les retenir. Cela a fonctionné puisqu'à la fin de cette période on jouait parfois devant 600 ou 700 personnes !

 

 

 

Les trucs pour attirer l'attention, cela comprend aussi votre style vestimentaire, coloré, pailleté … et très moustachu ?

 

La moustache, c'est d'abord parce qu'on galérait avec les filles, et quand on a rencontré Liliboy, notre chanteuse, elle nous a conseillé de nous laisser pousser la moustache... Plus sérieusement, les tenues et le côté bling bling font partie du spectacle. Nous voyons la scène comme un spectacle total, un show à l'américaine.

 

 

 

C'est donc un live très rythmé, explosif et dansant ?

 

Oui et non. Il y a toujours de l'énergie, mais sur l'album il y a aussi des chansons plus calmes. Et en concert, nous avons développé une nouvelle formule, nous descendons dans le public pour des titres en acoustique, on essaie d'alterner des moments très festifs et des moments plus posés.

 

 

 

Venir de la rue et finir par remplir l'Olympia et le Zénith, c'est une consécration, surtout pour vous qui faites les choses de manière indépendante, entre autres en vous auto-produisant grâce à votre label (Nanana Production, ndlr).

 

Evidemment, jouer au Zénith avec 6300 personnes, ça été une date hors du commun et oui, une consécration. C'est vrai que c'est d'autant plus gratifiant que nous le faisons de manière indépendante, par nous-mêmes. Evidemment, nous avons quand même des gens qui nous aident sur l'organisation des tournées, nous avons rencontré les bonnes personnes pour nous accompagner et on est très contents de vivre tout ça ensemble.

 

 

 

Vous jouez à la Médoquine de Talence le 24 mars prochain. Vous êtes déjà passés par Bordeaux ?

 

Oui, 4 ou 5 fois. Nous avons joué en plein air place Pey Berland, et deux fois au Rocher de Palmer. Nous avons toujours reçu un super accueil, on aime vraiment le public Bordelais !

 

 

 

Et après cette date, jusqu'à quand peut-on vous voir en tournée ?

 

On a encore une vingtaine de dates sur la tournée de Printemps, jusque fin mars. Ensuite de mi-juin à mi-aout on tournera sur les festivals en France et à l'étranger, notamment au Canada, en Hongrie... On finira par une dernière date à Marseille le 18 novembre, avant de quitter la scène pour un an ou un an et demi, le temps d'enregistrer le prochain album.

 

Publié le 16/03/2017 Auteur : Propose recueillis par Anaïs Rouyer

 

Deluxe, le 24 mars à 20h30 à la Médoquine, 224 cours Maréchal Gallieni à Talence. Tarif : 22 à 27 €. Plus d'infos sur www.facebook.com/Deluxe.chinesemanrecords