1c7cada027990f7d425f6b380de34643a3277b77
1a60f88dbab6be9962e2170e2eda1de4283ec0cc
Aaf57753044edffe29d5245028f3a84565bf21ba
980de4f8808abdd9d23b81118bc92ee92d6ec8aa
Fermer
théâtre

Héritages

35e485ae884ace08f01c1e00a06c8b472b11f68a
Entrer safari et apartheid, Eric Bouvron emporte avec sa pièce intitulée Braconniers dans un road movie pétri des enjeux de l'Afrique contemporaine.

D'un côté un blanc, Paul Wright, parti sur la trace des braconniers venus abattre un rhinocéros au cœur de sa réserve. De l'autre un noir, James Ngobo, lancé à la recherche de réponses relatives au meurtre de son fils. Au-delà des pères, deux enfants Cynthia et Lindelani, doivent eux aussi apprendre à vivre avec les enjeux et les blessures entre passé difficile et actualité compliquée. Des richesses amenées par le tourisme à la difficile survie des populations locales en passant par les traces encore vives de l'apartheid, le spectacle n'élude rien, dévoilant au contraire la complexité des enjeux humains de chacun des protagonistes des anciennes générations aux nouvelles. Dramatique autant qu'intense, le propos d'Eric Bouvron (qui a vécu en Afrique du Sud) se déploie dans une scénographie épurée largement appuyée sur une musique ininterrompue (interprétée en direct) qui suggère la richesse de l'environnement. Les quatre interprètes (chacun incarnant plusieurs rôles) portent à eux seuls la force d'un spectacle avant tout humain et qui ne fait jamais le choix de la simplification.

Publié le 15/02/2024 Auteur : Guillaume B.

Braconniers les 19 et 20 février à 20h au Zeppelin, rue d'Alsace-Lorraine à Saint-André. Tarif : 9/6/5€ lezeppelin.fr