1c7cada027990f7d425f6b380de34643a3277b77
1a60f88dbab6be9962e2170e2eda1de4283ec0cc
Aaf57753044edffe29d5245028f3a84565bf21ba
980de4f8808abdd9d23b81118bc92ee92d6ec8aa
Fermer
expos

Matière à réflexion

4790dcf1701081930940b99102ca46b364c27a02
A partir d’une collection d’images de propagande antisémites, l’exposition d’utilité publique #Fakeimages. Démasquez les dangers des stéréotypes accompagne le visiteur du Mundaneum de Mons dans l’identification des mécanismes discriminatoires.

 

Né en 1942 à Anvers, Arthur Langerman échappe de peu la déportation. Son père, lui, ne reviendra pas des camps. Ce collectionneur passionné entame une collecte d’images antisémites dans les années 1960 pour « comprendre comment il était possible qu’un peuple évolué comme les Allemands puisse commettre de telles horreurs ». Il réunit ainsi 10 000 documents, dont il fit don au Centre pour la recherche sur l’antisémitisme de l’Université technique de Berlin. Très naturellement, la Kazerne Dossin à Malines, mémorial, musée et centre de recherche sur la Shoah et les Droits humains, conçoit une exposition, à partir de cette collection unique au monde. Et quel meilleur lieu que le Mundaneum, espace humaniste et pacifiste de partage des connaissances, pour accueillir le projet ? Ouverte le 27 janvier, à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, #Fakeimages résonne particulièrement dans un contexte de résurgence des actes antisémites. Le parcours débute avec des documents et objets présentant la diversité du peuple juif à travers le monde, ainsi que l'histoire personnelle d'Arthur Langerman. Dans une approche prudente et réfléchie, la scénographie maintient une distance avec les images antisémites en les présentant dans la partie inférieure des cimaises ou horizontalement, afin qu'elles ne soient pas assimilées à des œuvres d'art. Des modules interactifs rythmant la visite décortiquent et actualisent les procédés employés dans ces images. Particulièrement pertinente pour les enfants et adolescents en pleine construction d'un esprit critique, l'exposition a un rôle à jouer auprès de chacun, dans un monde surchargé d'images et d'informations.

Publié le 19/02/2024 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

#Fakeimages. Démasquez les dangers des stéréotypes : jusqu’au 8 décembre 2024, Mundaneum, Mons, 0-9€, www.mundaneum.org


Mots clés :