77de7a2c1d16d7ed01bd8b8d2f2afd032e83a2e9
6c979cc6395dd1a83ec7cfd35edcbd14d0bafbc4
E0e2df5041a2302c5d6c180a2c992183e05ec69f
47ab671c6545740b22be21828df0b60d623fc0dc
A405ac3e42ef528d1afee30389692c37fb7f3e04
059d7c71225008e5cfd4ad63fd7b9475e23ab01a
Fermer
expos

Regards brésiliens

688b1d47ea788f470b87bfc87226341728f2f7f0
L'Institut pour la Photographie de Lille présente hors les murs l'exposition Retratistas do morro conçue par Guilherme da Cunha dans l'entrée du théâtre lillois. Une immersion dans le quotidien des favelas brésiliennes des années 1970-1990.

L'expression « Retratistas do Morro » désigne le mouvement artistique des photographes pratiquant le portrait qui ont vécu ou travaillé dans les favelas brésiliennes. Le projet s'intéresse au Brésil des années 1970-1990 et à la question de la représentation individuelle que le déroulé explicatif de l'exposition détaille pour les visiteurs. L'application Smartify complète le parcours, permettant aux visiteurs de prendre connaissance des témoignages des photographes.

Plusieurs portraits en noir et blanc réalisés par João Mendes, l'un des premiers photographes professionnels de la Comunidade da Serra, voient l'artiste s'attarder notamment sur une jeune femme au regard fixe, dont il ne se souvient pas du nom, un cliché pris en 1979 pour une carte de travail probablement. Une cliente régulière de son magasin « Foto Mendes », João avait le don de toujours satisfaire sa clientèle : « Tous mes clients aimaient mes photos, je les laissais libres et puis, si ça n'allait pas, on recommençait et on en prenait une autre jusqu'à ce qu'elle plaise ».

Face au confortable fauteuil bleu mis à la disposition du public, une œuvre d'Afonso Pimenta, véritable soutien dans la lutte pour renforcer l'identité culturelle noire à Belo Horizonte : l'anniversaire de la petite Renatinha, 6 ans, entourée de ses amis et de sa famille. Un moment de joie capturé par l'artiste. Pour l'artiste ces souvenirs restent gravés dans sa mémoire et animent ses états d'âme.

Publié le 04/06/2024 Auteur : Guillaume B.

Jusqu’au 6 juillet au Théâtre du Nord à Lille. Gratuit. institut-photo.com