danse

2147, et si l’Afrique disparaissait ?

2147, et si l’Afrique disparaissait ?  (2018)
2147, date prophétique de l’ONU sur la diminution de la pauvreté en Afrique, avait inspiré à Moïse Touré et Jean-Claude Gallotta un premier spectacle 2147, l’Afrique (2005). Aujourd’hui, le metteur en scène reprend l’ouvrage pour interroger l’Afrique politique et poétique.

Cette création 2018 avec dix artistes, la plupart africains, met en récit, en geste, en musique l’Afrique d’aujourd’hui et de demain. Le spectateur est invité à voyager dans une narration qui ressemble à un rêve, rythmée par des pas de danses à la fois traditionnels et contemporains, par des morceaux originaux de la chanteuse malienne Rokia Traoré et ponctuée par des textes écrits pour l’occasion. Ils nous parlent de l’exil, de l’identité, du commerce mondialisé, de l’espoir et du droit que nous avons tous« à rêver notre rêve ». En effet, au-delà des questions du développement de l’Afrique, de son avenir, de sa disparition, c’est de notre humanité dont il est question : comment on la regarde ? Comment on la respecte ? Comment on la sauve ?

 

Avec Richard Adossou, Ange Aoussou Dettmann, Cindy Émélie, Djénéba Kouyaté, Ximena Figueroa, Romual Kaboré, Jean-Paul Méhansio, Fousco Sissoko, Charles Wattara, Paul Zoungrana et la voix de Stanislas Nordey

Publié le 10/12/2018


Mots clés : Afrique