0f7cf361d635b24951999583fd956788e7761f0b
D0842a45d872d5336bf6b0dd49d539b9e0a808e9
1112945c092579a690196dedbac0bba6a573728e
E1735dd5a1813a58174d79097a6a7f296e621e60
Fermer
classique

ANCUZA APRODU

Ce qui frappe l’auditeur à l’écoute d’une telle artiste, c’est l’incroyable palette expressive et l’impérieuse énergie qui émanent d’elle. [...] C’est un voyage historique et exotique auquel nous convie Ancuza Aprodu à travers les écrins veloutés, rugueux, populaires ou éminemment stylisés des danses du monde.

Les œuvres s’enchaînent, haletantes, le temps bref d’une respiration, jusqu’au vertige, suivant le cours d’une dramaturgie fantasque, capricieuse et poétique qui d’œuvre en œuvre vous étreint et ne vous lâche plus. La raffinée et luxuriante Mazurka, de ses sonorités populaires slaves et romantiques, arcboutée sur l’expressivo aristocratique si finement ouvragé de Chopin, s’acoquine avec les Danses mexicaines de Ponce. [...] Les paysages de valse triste, de neige se perdent dans les méandres de la mélancolie et d’un rubato aéré, aérien, jusqu’aux barbaresques études techno. Après tant de poésie l’auditeur est saisi, interloqué par l’énergie de l’interprète chauffée comme un métal en fusion. Les pièces se tendent, se convulsent jusqu’à recréer le mécanisme fou (jusqu’à l’utopie) de la machine. Le piano-orchestre devient piano-electro emportant l’auditeur au cœur de la pulsation urbaine, incantatoire et contemporaine. [...]Un récital ainsi élaboré, ainsi interprété devient un rituel. Un objet / danse qui respire, s’épanche, s’attendrit, se projette dans les corps des danseurs et les mains de l’interprète et dialogue avec le mouvement, le geste fondamental, la grâce.

Publié le 09/08/2021


Mots clés :