0f7cf361d635b24951999583fd956788e7761f0b
D0842a45d872d5336bf6b0dd49d539b9e0a808e9
1112945c092579a690196dedbac0bba6a573728e
E1735dd5a1813a58174d79097a6a7f296e621e60
Fermer
classique

CHRISTIAN ZACHARIAS

CHRISTIAN ZACHARIAS (2021)
Avec le charisme et l’intelligence musicale qu’on lui connaît, Christian Zacharias se porte à la reconquête du Dix-neuvième Concerto de Mozart, qui n’a pas grand-chose à envier aux huit qui lui ont succédé.

Porter le numéro 19, au sein des concertos pour piano de Mozart, revient à finir au pied du podium dans une compétition sportive, avec la médaille en chocolat : on considère généralement que les «grands» concertos du compositeur de Don Giovanni commencent au Vingtième. Or, dans le Dix-neuvième, tout Mozart est déjà là, dans la fraîcheur du premier mouvement, dans le lyrisme languide du second et surtout dans le somptueux finale, mélange si mozartien de légèreté et de maestria. L’esprit de la musique de chambre domine souvent dans ce concerto où l’orchestre converse en petits groupes et où les vents sont mis en lumière. Le couplage est donc idéal avec deux œuvres néo-classiques des années 1940 : les Danses concertantes de Stravinsky, suite de courtes danses de concert rendue célèbre par deux chorégraphies de George Balanchine ; et la Sinfonietta de Poulenc, hommage plein de verve et de charme aux symphonies de Haydn.

Publié le 07/07/2021


Mots clés :