jeunesse

La Famille Semianyki

Réserver
La Famille Semianyki (2017)
C’est un peu comme si l’on suivait une saga familiale, mais chez les Addams. Le spectacle retrace la joie, le vent de folie, la stratégie de survie d’individus en prise avec les dilemmes de l’esprit de famille. L’amour et le chaos se mêlent aux relations entre une mère enceinte, un père responsable mais alcoolique et leurs quatre enfants.

Issu du prestigieux Teatr Licedei, créé par Slava Polunin (du célèbre Slava’s snowshow), les clowns de la famille Semianyki perpétuent cette fabuleuse tradition qu’est le théâtre populaire russe.

 La légendaire troupe de Saint Pétersbourg souffle un vent de liberté sur scène depuis plus de 10 ans. Et le monde entier en redemande. Et pour cause, il n’y a aucune barrière de langue avec les Semianyki, ils ne prononcent jamais un mot mais on les comprend tout de suite et partout. Entre amour et chaos, on suit les déboires d’une famille russe déjantée dans une maison branquignolesque où l’absurde est roi. On pourrait trouver dans cette famille des ressemblances avec Les Marx Brothers, Charlie Chaplin ou encore la Famille Adams, mais les Semianyki sont uniques et surtout ils sont pires ! Avec quatre moutards insupportables, aussi détestables qu’attachants, qui passent leur temps à trucider leur papa, une maman, autoritaire et séductrice qui ne tient plus de tenir une maison intenable et un père alcoolique qui menace sans cesse de partir, on se laisse submerger par ce joyeux foutoir, ce vent de folie douce qui élève le clown au rang de grand art. Assommé, ahuri, on rit sans s'arrêter des mille et une trouvailles de ces ­drôles d’humains, maladroits et grandioses, aux corps souvent difformes fagotés à l'arrache. Maquillage, décors, costumes, tout a été déniché dans des poubelles, des brocantes et des foires à la ferraille. Se mêlent alors bric-à-brac de grenier et articles de quincaillerie - rouillés de préférence - dans cette maison qui tient plus de l'asile de fous que du foyer chaleureux.

Publié le 25/10/2017