théâtre

LE GRAND THÉÂTRE D'OKLAHAMA

LE GRAND THÉÂTRE D'OKLAHAMA (2020)
« Je combats ; personne ne le sait ; il y en a qui le sentent, on ne peut pas l'éviter ; mais personne ne le sait. Je m'acquitte de mes devoirs quotidiens, on peut me reprocher un peu d'inattention, mais très peu. » Franz Kafka

Dernier chapitre du roman inachevé de Kafka Amerika ou le Disparu, Le Grand Théâtre d’Oklahama suit la trajectoire de Karl, émigré juif aux États-Unis, ses difficultés à trouver sa place dans la société, sa progressive descente dans l’échelle sociale.

Texte librement inspiré des œuvres de Franz Kafka
Mise en scène Madeleine Louarn et Jean-François Auguste

Madeleine Louarn et Jean-François Auguste, avec les comédiennes et comédiens handicapés mentaux de l’atelier Catalyse, s’emparent de ce texte qu’ils font résonner avec d’autres écrits de Kafka, traversés par des moments chorégraphiques et musicaux, dans un univers visuel de conte de fée à la fois onirique et inquiétant. Ensemble, ils proposent une réflexion poétique sur les rapports de domination : comment sortir des situations qui nous emprisonnent ? Comment concilier désir d’intégration et soif de liberté ? Peut-on trouver sa place dans la société sans participer à sa propre aliénation ? Après Ludwig, un roi sur la lune, présenté en 2017 au CDN de Besançon, Le Grand Théâtre d’Oklahama invite le public à plonger dans l’énigmatique univers de Kafka, où se côtoient la dureté du réel et l’étrangeté du rêve.

Équipe artistique

Avec : Tristan Cantin, Manon Carpentier, Guillaume Drouadaine, Christian Lizet, Christelle Podeur, Jean-Claude Pouliquen, Sylvain Robic

Dramaturgie Pierre Chevallier
Scénographie Hélène Delprat
Musique Julien Perraudeau
Chorégraphie Agnieszka Ryszkiewicz
Costumes Clair Raison
Régie générale Thierry Lacroix
Création lumière Mana Gautier
Régie lumière Clothilde Hoffmann
Régie son Cyrille Lebourgeois
Voix off Rodolphe Burger
Scénographie Hélène Delprat
Musique Julien Perraudeau
Chorégraphie Agnieszka Ryszkiewicz
Costumes Clair Raison

photo©DR

 

Publié le 07/02/2020


Mots clés : Festival d'Avignon