0f7cf361d635b24951999583fd956788e7761f0b
D0842a45d872d5336bf6b0dd49d539b9e0a808e9
1112945c092579a690196dedbac0bba6a573728e
E1735dd5a1813a58174d79097a6a7f296e621e60
Fermer
danse

Pazaz - ici ça danse

Pazaz - ici ça danse  (2021)
Yuval Pick et ses danseurs déploient leur danse dans l’espace public en créant un moment de partage sensible et festif. Mêlés au public, avec une volonté de partage autour de la danse, ils réinventent l’ADN de la compagnie dans des lieux atypiques qui accueillent à leur manière cette création instantanée.

 

« Un cri spontané qui invite au mouvement, à la joie et à la rencontre improvisée dans l’espace public ».

Depuis mars 2020, tout ou presque s’est arrêté, figé, fermé : les expressions, les liens, les gestes spontanés. Contre cette stupeur et cette insidieuse paralysie qui rongent peu à peu jusqu’au cœur de nos existences, Pazaz lance un cri ! Un cri spontané qui invite au mouvement, à la joie et à la rencontre improvisée dans l’espace public. Un cri chorégraphique qui oppose à la distanciation sociale un retour joyeux à la proximité avec le public, et cherche des alternatives possibles à la fermeture des salles de spectacle. 

Se réappropriant l’esprit frondeur des années 1970, les quatre danseurs de Yuval Pick se produisent dans des lieux non dédiés à la danse tels qu’une esplanade, une cour de bâtiment public, un parc… Et improvisent des solos, duos, trios qui explorent la configuration particulière d’un lieu, se rapprochant le plus possible du public.

On retrouve là les préoccupations chères à Yuval Pick : une pulsation chorégraphique entre proximité et éloignement, entre intimité et altérité ou extériorité. Un cœur qui bat, un chœur qui bat, et une phrase performative qui s’écrit entre quatre danseurs, le public et l’espace où ils se trouvent.

Jean-Emmanuel Denave

Publié le 08/09/2021


Mots clés : #culture