07505d01bdab77932bdf1bac213dac4eb650f07c
1cd0e7a245a17bfab18709b8d410bb7c26f6fffc
8e41d1fe685df3a7ece5263126b7c5a272574e1f
123b4911f11e1015a3de2ab0ee287931ebddab04
54f4f8625b24623b0b1c6b569a204e26abcbf196
714a3e7de2acc5a477541be7664912f53e10b0eb
Fermer
concerts

Dylan Carlson

2470e86166507969a2442fb88cfd334d2504059e
L’âme damnée du drone rock s’offre une parenthèse à travers un album solo, Conquistador, austère et assez grandiose. Visions nocturnes et chair de poule.

Rescapé des âges farouches du grunge, intime de Kurt Cobain, Dylan Carlson a élevé le drone rock à un niveau ultime via ses géniaux Earth. En solo ,Carlson conserve ses fondamentaux obsessionnels et son jeu de guitare reptilien. Là où le format groupe lui offrait puissance et profondeur, l’aventure solo développe une belle intimité dans l’écho de la solitude. Puisant dans le folk et le blues, Carlson convoque les outlaws, des amérindiens aux afro-américains en passant par les rednecks, un peu à la manière d’un Bill Frisell avec qui il collabora. En cavalier seul, épaulé par Emma Ruth Rundle et Holly Carlson, cette échappée se savoure sur la durée, la lenteur, mais jamais les coyotes de l’ennui ne s’approchent de ce foyer crépusculaire.

 

Publié le 11/09/2018 Auteur : Bertrand Lanciaux

Dimanche 16 septembre, 19h, 9-10€

La Bulle Café, Maison Folie Moulins

47/49 rue d’Arras, Lille

 


Mots clés : rock Drone