F1c6ac9d61c42fb0f7919fac4d50e43c48f27831
Cb5b9c386d0614a4f2665e848c4403496dfd6ca3
0ab2d1874215abc5975c8d91dd81b0e4bfdbbcc5
3db940afc939a7af90a6a0d842e9bec771b32e72
83357f6b514435768b91ab92515f05b29c599812
69dd254e0409dd30524e65dc19be8987603e7032
Fermer
concerts

Einstürzende Neubauten

B30f1a3a5750f8c7d0bf2e5c9952f73610d54392
Un nom imprononçable. Une musique inclassable que faute de mieux on qualifia de rock industriel. Et pourtant Einstürzende Neubauten demeure une pierre angulaire, fracassée, de l’histoire du rock.

Avec Kraftwerk, Tangerine Dream, Can, Neu!, Faust… Einstürzende Neubauten fait partie de ces artistes allemands à l’influence planétaire. Demandez à Nick Cave, Henri Rollins, Ministry, Alva Noto…Débuté comme une performance musicale mêlant dadaïsme radical et futurisme désenchanté, Einstürzende Neubauten fut l’incarnation du Berlin du mur du son dans une Allemagne de guerre froide, lutte armée et passé qui ne passe pas. Dissonance, détournement en instruments des objets, gravats, déchets ; rythmique pilon, chant écorché…Dit comme cela, ça pourrait tenir de la purge. Mais un peu comme les Américains de Swans, ils sont parvenus à chevaucher les tsunamis sonores qu’ils provoquent. Après quarante ans d’activité, le volcan s’est un peu mis au vapotage mais conserve sa puissance. Avec toujours une bonne partie du line up légendaire (Blixa Bargeld, N.U. Unruh, Alexander Hacke, Jochen Arbeit, Rudolf Moser), cette musique de l’effondrement conserve toute son actualité.

 

Publié le 06/10/2022 Auteur : Bertrand Lanciaux

Mardi 11 octobre, 20h, 25/33€
Aéronef
168 Av. Willy Brandt,Lille
www.aeronef.fr

 

 


Mots clés : industriel avant-garde rock