26af5d46c23ecb26dd7ab24aa78e7df465cbe24e
0b5388aa9bf1a615945f27e979fff70e7832abf9
4b661dc79de3d5aa8c7a70aad70e2e5e52b9bea5
296213d18fdf9095c95f486f400205578c3746f5
Fermer
cinéma

Hippocrate

74eca64a78bf4276c0cf93e32754cd2793e7fb74

Benjamin n'a qu'une hâte : démarrer son internat pour devenir u n vrai médecin. Il entre pour 6 mois dans le service de son père. Plein d'espoir et d'envie, Benjamin, confronté aux patientes, aux autres médecins et aux difficultés matérielles et humaines de l'hôpital verra sa vocation mise à rude épreuve par les écueils qu'il va devoir éviter. En même temps que lui, Abdel, médecin étranger venu travailler en France, plus expérimenté mais moins reconnu que lui se trouve lui aussi confronté à un système et des choix qui ne lui conviennent pas toujours.

Nourri de sa propre expérience comme médecin, il a fallu que passe le temps pour que, comme son personnage, Thomas Lilti se sente légitime à écrire et filmer une histoire inspirée de son parcours. Dans cette plongée dans le sillage de son personnage, il entend faire découvrir l'envers du décor médical et décrypter l'hôpital en l'expurgeant des clichés véhiculés (notamment) par les séries télévisées. Mission accomplie de ce côté-là, l'entrée de Benjamin dans le monde des médecins est aussi celle du spectateur qui découvre un univers moins propret et bien plus contrasté. Le manque d'argent, les rivalités et les difficultés humaines y trouvent tous une place. Sans revendiquer d'engagement particulier, Lilti y appuie toutefois sur un point : le manque de considération pour les médecins étrangers venus en France. Reda Kateb, au travers d'un personnage, qu'il défend avec une belle humanité, contribue largement à la qualité de cette partie là du récit. Pour le reste, outre quelques points de vue pertinent, ce récit d'initiation arpente parfois des chemins trop balisés pour s'avérer totalement réussi.

Publié le 03/09/2014 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma