F1c6ac9d61c42fb0f7919fac4d50e43c48f27831
Cb5b9c386d0614a4f2665e848c4403496dfd6ca3
0ab2d1874215abc5975c8d91dd81b0e4bfdbbcc5
3db940afc939a7af90a6a0d842e9bec771b32e72
83357f6b514435768b91ab92515f05b29c599812
69dd254e0409dd30524e65dc19be8987603e7032
Fermer
cinéma

Mascarade

C38248afbb3496d7e916fc91aa7cbc45298ad948
Danseur à la carrière avortée, Adrien vivote aux crochets d'une actrice solitaire et un peu usée. Lors d'une réception, il croise la route de Margot séduisante enjôleuse qui navigue d'une escroquerie à l'autre dans l'attente du gros coup qui la mettra à l'abri pour longtemps. Ensemble, ils mettent peu à peu au point une machination combinant leurs talents et jettent leur dévolu sur un agent immobilier...

Sur fond de décor luxueux, Nicolas Bedos filme sans grande inspiration un jeu de massacre qui aligne petites phrases et travellings mous. La bonne idée, c'est d'avoir su convaincre Isabelle Adjani à se prêter à l'aventure. En star déchue perdue dans une solitude que seul soigne l'argent, elle constitue la vraie bonne surprise d'un film par ailleurs plus pétri d'artifices (jusqu'à une musique envahissante de lourdeur) dans le sillage d'un casting qui hésite visiblement entre l'absence (François Cluzet qui semble étrangement étranger à tout cela) et l'hystérie (Vacth et surtout Niney qui semblent surjouer en permanence) que de pertinence. Bedos dilue un récit sans surprise, d'inutiles scènes de procès en bavardages répétitifs, semblant vouloir faire d'une seule bonne idée un périple initiatique. C'est hélas un peu juste et finit par sonner aussi creux que ce qu'il entend filmer.

 

Publié le 01/11/2022 Auteur : Guillaume B.

En cherchant à montrer les ombres derrière les paillettes, Bedos se perd en route... et son casting avec lui.


Mots clés : Escroquerie drame